Le cheminement d’Angelia

Angelia 2017_crop

2017

Aujourd’hui, Angelia est âgée de dix ans et elle sera en cinquième année. Jusqu’en juillet 2017, elle fréquentait Children’s Village à Bridlewood. Ma petite-fille est une enfant curieuse, créative, dynamique, enthousiaste, affectueuse qui a aussi des besoins particuliers. Elle a reçu plusieurs diagnostiques : TDAH, TA et TSA. Mis à part ces étiquettes, ses défis comprennent les habiletés sociales, la concentration sur le travail à accomplir, la régulation émotionnelle et les transitions. Il lui est également difficile d’utiliser le langage pour exprimer ses besoins, ses désirs et pour converser. La plupart des enfants acquièrent facilement ces compétences, cependant Angelia nécessite un délai d’apprentissage plus long. Sans le soutien de notre consultante-ressource des Services d’inclusion pour jeunes enfants (SIJE) et du personnel éducateur dévoué du service de garde qui a mis en œuvre les stratégies recommandées, Angelia n’aurait pas pu continuer à fréquenter le programme. Je suis également convaincue que le SIJE et le personnel éducateur ont joué un rôle majeur en l’aidant à grandir et à devenir l’enfant qu’elle est aujourd’hui. Lire la suite

Un mot d’appréciation d’une famille

Inclusion Poster 18 x 24Ce matin, madame Paule Mercier, superviseure des Services à l’enfance Aladin, site Sainte-Anne m’a montré la nouvelle affiche « inclusion » créée par les Services d’inclusion pour jeunes enfants (SIJE). Cette dernière explique la raison du changement d’appellation, c’est-à-dire le remplacement du mot « intégration » par le mot « inclusion ». Outre le fait que l’on apprécie la belle photo de notre fils Emanuel (et de notre chère amie Elise), l’affiche et les photos expriment bien à quel point tous sont enrichis par un milieu inclusif. D’un point de vue personnel, le mot « intégration » sous-entendait des initiatives motivées par des raisons légales ou politiques tandis que le mot « inclusion » sous-entend des initiatives motivées par le fait que tout le monde y gagne et y bénéficie. Lire la suite

Comment les familles d’enfant ayant des complexités médicales font face aux défis financiers

Amy énumère ses dépenses avec la précision d’une comptable. Il y a eu le filtre absolu pour purifier l’air de sa maison : 1 000 $ ; une trousse de disques DVD sur la langue des signes américaine (ASL) : 1 500 $ ; une voiture Plasma : 80 $ .

Ces dépenses sont toutes nécessaires pour répondre aux besoins de son fils de trois ans, Wyatt. Wyatt est né avec une dysgénésie du tronc cérébral, une maladie rare où le débit sanguin vers le cerveau du bébé est interrompu pendant la grossesse. Wyatt a une série de problèmes respiratoires, nerveux et musculaires qui requièrent des mesures d’adaptations spéciales. Lire la suite

Un temps nouveau…

SEAF-SIJELe printemps fut une saison de nouveaux départs pour l’équipe du SIJE. Un nouveau nom de programme (Services d’inclusion pour jeunes enfants) et une nouvelle gestionnaire furent parmi les changements à l’horaire de cette équipe bien occupée.

À titre de nouvelle gestionnaire du SIJE, je profite de l’occasion pour me présenter brièvement et vous remercier pour votre accueil chaleureux ainsi que pour vous inviter à me contacter si vous avez des questions, des préoccupations ou des suggestions quant à notre programme. Lire la suite

Voici un petit livre conçu pour guider les enfants d’âge scolaire à trouver des solutions gagnantes envers des situations de violence, ou de taxage, à des moqueries, à du rejet et même à du cyber intimidation. La lecture se fait facilement due aux courtes définitions et aux illustrations de personnages animés en situations réelles de la vie scolaire de tous les jours. Lire la suite

Tête à tête avec Moira D’Aoust

Moira.jpgMoira D’Aoust a passé sa carrière à diriger la cause pour un accès inclusif aux services de garde agréés pour les enfants ayant des besoins particuliers dans la région d’Ottawa. La croyance véritable de Moira est que tous les enfants ont leur place dans des services de garde de qualité, et qu’ils y ont droit, lui a conféré un rôle de leader, non seulement dans la ville d’Ottawa, mais également un statut de visionnaire dans l’ensemble de l’Ontario. Alors qu’elle s’apprête à quitter les Services d’intégration pour jeunes enfants (SIJE), elle a rencontré certaines de ses collègues en prenant un thé et des gâteries afin de mettre en relief les récits des réussites et des difficultés de son cheminement, de même que ses rêves pour l’avenir.

Q. Avant la création de SIJE il y a 25 ans, quels programmes et soutiens étaient disponibles pour les parents dans notre communauté? Lire la suite

Le cheminement de l’inclusion au fil des ans

Les temps ont changé depuis les années 1970, tout comme la manière dont nous intégrons les personnes à besoins particuliers. J’écris à titre de sœur qui a été témoin de la manière dont ma sœur aînée a fait partie de ces changements. Au moment où de nombreux enfants vont à la maternelle ou à la garderie, je me rappelle que j’accompagnais mes parents dans leurs divers déplacements pour les évaluations que devait passer ma sœur. Pouvait‑elle parler, écouter, comprendre, marcher et se tenir en équilibre sur un pied? Après l’évaluation, je me rappelle qu’elle est déménagée lorsqu’elle avait environ 5 ans et demi pour aller vivre à Woodlands, en Colombie‑Britannique. Lorsque nous allions la chercher pour une visite familiale, je me rappelle voir les chambres capitonnées, les personnes avec des casques, certaines en fauteuil roulant, lorsque je marchais dans les couloirs pour me rendre au service de pédiatrie. Pendant qu’elle était à Woodlands, ma sœur était amenée en autobus vers une école spéciale, ce qui était rare à l’époque. Notre père se rappelle l’apercevoir, lorsqu’il se rendait au travail en voiture, seule dans l’autobus qui la conduisait à l’école.  Lire la suite