Archives pour la catégorie Inclusion

Hugo porte des lunettes rouge coquelicot

Hugo porte des lunettes rouge coquelicotCe livre de Mymi Doinet et Nanou est une belle histoire a raconté aux enfants d’âge préscolaire et scolaire. Il fait référence à un petit lapin qui a un trouble de vision et qui doit se faire à l’idée que des lunettes seront nécessaires, afin d’améliorer sa condition. De retour à l’école, il craint que ses amis se moquent de lui.

Cet outil fait partie d’une collection qui se nomme : Les autres et moi.  Celle-ci met en scène, au cours de chaque histoire, un petit lapin pas comme les autres. Elle souligne les petites différences de chacun tout en valorisant celles-ci. Un bel outil pour permettre aux enfants de s’accepter  et d’accepter les autres, tels qu’ils sont. Lire la suite

Un mot d’appréciation d’une famille

Inclusion Poster 18 x 24Ce matin, madame Paule Mercier, superviseure des Services à l’enfance Aladin, site Sainte-Anne m’a montré la nouvelle affiche « inclusion » créée par les Services d’inclusion pour jeunes enfants (SIJE). Cette dernière explique la raison du changement d’appellation, c’est-à-dire le remplacement du mot « intégration » par le mot « inclusion ». Outre le fait que l’on apprécie la belle photo de notre fils Emanuel (et de notre chère amie Elise), l’affiche et les photos expriment bien à quel point tous sont enrichis par un milieu inclusif. D’un point de vue personnel, le mot « intégration » sous-entendait des initiatives motivées par des raisons légales ou politiques tandis que le mot « inclusion » sous-entend des initiatives motivées par le fait que tout le monde y gagne et y bénéficie. Lire la suite

Tête à tête avec Moira D’Aoust

Moira.jpgMoira D’Aoust a passé sa carrière à diriger la cause pour un accès inclusif aux services de garde agréés pour les enfants ayant des besoins particuliers dans la région d’Ottawa. La croyance véritable de Moira est que tous les enfants ont leur place dans des services de garde de qualité, et qu’ils y ont droit, lui a conféré un rôle de leader, non seulement dans la ville d’Ottawa, mais également un statut de visionnaire dans l’ensemble de l’Ontario. Alors qu’elle s’apprête à quitter les Services d’intégration pour jeunes enfants (SIJE), elle a rencontré certaines de ses collègues en prenant un thé et des gâteries afin de mettre en relief les récits des réussites et des difficultés de son cheminement, de même que ses rêves pour l’avenir.

Q. Avant la création de SIJE il y a 25 ans, quels programmes et soutiens étaient disponibles pour les parents dans notre communauté? Lire la suite

Le cheminement de l’inclusion au fil des ans

Les temps ont changé depuis les années 1970, tout comme la manière dont nous intégrons les personnes à besoins particuliers. J’écris à titre de sœur qui a été témoin de la manière dont ma sœur aînée a fait partie de ces changements. Au moment où de nombreux enfants vont à la maternelle ou à la garderie, je me rappelle que j’accompagnais mes parents dans leurs divers déplacements pour les évaluations que devait passer ma sœur. Pouvait‑elle parler, écouter, comprendre, marcher et se tenir en équilibre sur un pied? Après l’évaluation, je me rappelle qu’elle est déménagée lorsqu’elle avait environ 5 ans et demi pour aller vivre à Woodlands, en Colombie‑Britannique. Lorsque nous allions la chercher pour une visite familiale, je me rappelle voir les chambres capitonnées, les personnes avec des casques, certaines en fauteuil roulant, lorsque je marchais dans les couloirs pour me rendre au service de pédiatrie. Pendant qu’elle était à Woodlands, ma sœur était amenée en autobus vers une école spéciale, ce qui était rare à l’époque. Notre père se rappelle l’apercevoir, lorsqu’il se rendait au travail en voiture, seule dans l’autobus qui la conduisait à l’école.  Lire la suite

La participation et l’apprentissage : L’environnement aménagé par l’enfant

« Tu me dis, j’oublie. Tu m’enseignes, je me souviens. Tu m’impliques, j’apprends. »
̶  Benjamin Franklin

En tant que personnel éducateur, parents, enseignantes et directrices, nous croyons avoir les réponses pour les enfants. Il peut s’agir de solutions aux comportements, de l’environnement, de ce qu’ils devraient se vêtir ou de la manière dont ils devraient jouer. Ce concept ne fonctionnait pas dans notre programme et pour notre équipe; nous devions porter toute notre attention pour comprendre ce que les enfants nous disaient. Après de nombreuses observations, nous avons pris conscience que nous devions offrir un milieu où chaque enfant pourrait s’épanouir, peu importe son âge, sa capacité cognitive ou ses compétences sociales. À partir de nos observations, nous avons apporté des modifications à nos transitions et à nos routines, à l’environnement et à l’utilisation générale d’outils inclusifs, qui ont transformé notre centre en programme préscolaire où les enfants ont récupéré leur environnement. Lire la suite

Plus de réflections sur Comment apprend-on?

HDLH - FR.jpgÀ titre d’éducatrice de la petite enfance inscrite et de consultante-ressource qui a travaillé dans le domaine de l’éducation de la petite enfance pendant plus de 30 ans, je n’étais initialement pas inspirée suite à la publication du ministère de l’Éducation de l’Ontario intitulée Comment apprend-on? Les quatre fondements de l’apprentissage (l’appartenance, le bien-être, l’engagement et l’expression) n’étaient-ils pas tout à fait logiques? Ce n’est qu’après une relecture du document et des questions qu’il pose que j’ai réalisé à quel point il pourrait être utile pour stimuler une pratique réflective et une discussion continues entre l’équipe du personnel éducateur de la petite enfance.

Lire la suite

Inclusion — Une cause à célébrer !

Les Services d’intégration pour jeunes enfants (SIJE) célèbrent cette année leur 25anniversaire. Nous voilà en 2016, et quel parcours ! Nous n’avions en main aucun tracé des avenues à prendre lorsque nous avons décidé de mettre sur pied un solide système d’inclusion. Plus le temps avançait, plus nous nous rendions compte que le changement était inévitable et que nous gagnerions tous, individuellement, à mettre en pratique de nouveaux apprentissages. Nous nous sommes également rendu compte qu’il était bénéfique de chercher conseil. Tout cela a débuté lors d’un voyage à Durham dans le but de recueillir les commentaires de gens ayant déjà mis en œuvre d’un processus d’inclusion et de dénicher quelques idées. Eh oui, il s’avère que Google Maps n’existait pas encore pour nous guider ! Nous nous sommes donc lancés dans l’inconnu, ne sachant trop à quoi nous attendre, mais demeurant voués à la tâche. Nous avions une vision, et nous allions y arriver ! Notre parcours était réalisable, les résultats seraient positifs. Une inclusion à part entière était possible ! Pour y arriver, il nous fallait miser sur les besoins de chaque enfant, de ses parents, du personnel éducateurs et des responsables de garde. Ces braves pionniers de l’inclusion nous ont fait part des leçons qu’ils ont personnellement apprises pour parvenir au succès et nous ont indiqué quel chemin éviter. Lire la suite